Accueil > Nos activités financières > La provision pour le démantèlement

Les provisions pour le démantèlement des centrales nucléaires

Les provisions pour le démantèlement sont constituées de manière à couvrir, pour chaque centrale nucléaire, l'intégralité du montant actualisé des coûts de démantèlement au moment de son arrêt définitif.
Le démantèlement sera assuré par l’exploitant pour le compte de SYNATOM.

Pour réaliser les estimations, ENGIE Electrabel et SYNATOM se font aider d’experts du bureau d’études TRACTEBEL Engie et font appel à l’expertise internationale de la société allemande Siempelkamp NIS Ingenieurgesellschaft mbH.

Le phasage des travaux est une donnée importante prise en compte par SYNATOM.

Un démantèlement se déroule en trois phases:

  1. la mise à l’arrêt définitif, la vidange des circuits et l’évacuation des assemblages de combustible de la piscine de désactivation. Cette étape est couverte par l’autorisation d’exploitation. Elle s’étend sur une période d’environ 5 ans.
  2. le démantèlement des installations;
  3. la libération complète du site d’implantation (green field industriel).

Les deux dernières étapes font l’objet d’une autorisation de démantèlement octroyée par l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN).

La durée estimée du démantèlement d’une unité est de l’ordre de 10 à 15 ans.

Évolution des provisions en millions d'euros

schema-financierFR-demantelement

Des échéances de dépenses différentes

Le moment où les provisions financières devront être disponibles varie considérablement. Pour le démantèlement par exemple,, des premières dépenses, minimes, ont déjà été engagées en 2019, dans la perspective de la mise à l'arrêt définitif des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2. En effet, selon la loi de sortie progressive du nucléaire, ces 2 réacteurs devraient être arrêtés respectivement le 1er octobre 2022 et le 1er février 2023. 

Une expertise croissante

Plusieurs installations nucléaires ont déjà été démantelées en Belgique et à l’étranger. SYNATOM est convaincue que l’expertise acquise et l’évolution des techniques de démantèlement permettront de réduire tant les coûts que les quantités de déchets radioactifs.