Accueil > Nos activités techniques > L'amont du cycle > L’extraction

L’extraction de l’uranium

L’uranium est un élément métallique présent dans la nature.

Il s’agit d’un des éléments les plus abondants dans l’écorce terrestre.

La croûte terrestre contient en moyenne 2 à 3 grammes d’uranium par tonne.

 L’uranium est, par exemple, 500 fois plus abondant que l’or.

On peut trouver des traces d’uranium à l’état naturel dans toutes les roches et tous les sols, et  même dans l’eau de mer (environ 3,3  milligrammes par tonne).  

Le minerai d’uranium se trouve dans des gisements :

a. près de la surface

Ils peuvent être exploités dans des mines à ciel ouvert

b. en profondeur

Ils font l’objet d’une exploitation minière souterraine traditionnelle ou par lixiviation in situ.

Cette nouvelle technologie, appelée lixiviation in situ, s’est répandue au cours des dernières années. Lorsque la géologie s’y prête, c’est un procédé qui permet de dissoudre des métaux, dont l’uranium, directement dans le gisement. Elle évite les travaux d’excavation.

Mine à ciel ouvert à l’installation de McClean Lake
– Canada – source CNSC

Les pays producteurs d’uranium

Aujourd’hui les principaux pays producteurs d’uranium sont :

  1. Le Kazakhstan, qui est largement le plus gros producteur.
  2. Le Canada
  3. L’Australie
  4. La Namibie

Viennent ensuite le Niger, la Russie, l’Ouzbekistan, la Chine, l’Ukraine, et plusieurs autres.

Le top 5 des mines d’uranium

La mine de Cigar Lake au Canada, propriété de Cameco et Orano, est la première mine au monde avec plus de 10% de la production mondiale.

Elle est suivie par Olympic Dam en Australie, Husab en Namibie, Inkai au Kazakhstan et Rössing en Namibie.

Le Kazakhstan classe encore 3 autres mines dans le top 10 mondial.

Où se trouvent les réserves d’uranium ?

Les réserves mondiales en uranium sont principalement en Australie, au Kazakhstan, au Canada, en Russie, en Namibie, en Afrique du Sud, au Niger.

L’Australie à elle seule, détient un quart des réserves mondiales.

À ces réserves « on shore », il faut encore ajouter plusieurs milliards de tonnes d’uranium présentes dans les océans.

Pour en savoir plus : une foule d’informations sont disponibles en anglais sur https://www.world-nuclear.org/information-library/nuclear-fuel-cycle/uranium-resources/supply-of-uranium.aspx

Responsabilité sociétale

Au fil des années, les prises de conscience sociétales se traduisent concrètement dans des clauses liées à l’éthique et au respect de l’environnement reprises dans nos contrats.

Des associations internationales telles que l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), l’Agence pour l’Énergie Nucléaire de l’OCDE (AEN), la World Nuclear Association ont édicté des règles précises pour les exploitants des mines d’uranium et mis en place des audits externes.

Les principes de SYNATOM

La stratégie d'approvisionnement de SYNATOM privilégie les contrats à long terme et sur base d'un portefeuille diversifié aussi bien en termes de fournisseurs que d'origines géographiques. En outre, les approvisionnements en uranium doivent provenir de pays politiquement stables et dont les producteurs respectent scrupuleusement les recommandations éthiques et environnementales de la World Nuclear Association. 

mine-ciel-ouvert
 
mine-ciel-ouvert-2


Mine à ciel ouvert de Ranger en Australie pendant son exploitation
et en cours de réhabilitation.