Accueil > Nos activités techniques > Les responsabilités de l'ONDRAF > À quand le stockage définitif?

Le stockage définitif

La gestion à long terme des déchets radioactifs consiste en leur mise en stockage, en dépôt définitif. 

Le type de stockage dépend du type de déchets. 

. Les déchets de faible et moyenne activités et de courte durée de vie (catégorie A) peuvent être mis en stockage en surface. L'ONDRAF prépare actuellement la construction d'une installation de stockage en surface à Dessel. 

. Les déchets de moyenne et haute activités et /ou de longue durée de vie (catégories B et C), devront faire l'objet d'un stockage, en profondeur, dans des couches géologiques stables. 

À quand le stockage définitif ?

L’ONDRAF doit disposer d’une solution définitive pour tous les déchets dont il a la charge.

L’ONDRAF plaide en faveur du stockage en profondeur comme solution à long terme.

En effet, l’enfouissement en couches géologiques profondes apparaît aujourd’hui comme la solution la plus sûre pour les déchets de catégories B et C.

L’ONDRAF a proposé, le 9 février 2018, le stockage géologique comme politique nationale. Cette proposition reste soumise à l’approbation du gouvernement belge et devra être validée par l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire.

L’ONDRAF  s’appuie désormais sur un nouveau scénario de référence pour le stockage des déchets radioactifs issus du cycle du combustible nucléaire. L’architecture et la profondeur des aires de stockage ont fortement évolué.  Le phasage des différentes étapes s’est quant à lui allongé de plusieurs dizaines d’années.  Dans le nouveau scénario, la construction du stockage souterrain débuterait en 2050, avec la mise en dépôt des déchets de catégorie B à partir de 2070. Le stockage des déchets de catégorie C interviendrait à partir de 2110. 

plan-entrepot 

Visualisation du stockage souterrain retenu dans le scénario de référence de l’ONDRAF.

Le saviez-vous?

L’ONDRAF et le SCK•CEN ont constitué en 1995 un Groupement d’intérêt Économique appelé EURIDICE.

EURIDICE (European Underground Research Infrastructure for Disposal of nuclear waste in Clay Environment) exploite un laboratoire souterrain, situé dans le sous-sol de Mol-Dessel, appelé HADES (High Activity Disposal Experimental Site).

Des recherches, à grande échelle et sur le long terme, y sont menées sur la construction, l’exploitation et la fermeture d’une installation d’enfouissement dans une couche d’argile profonde.

L’ONDRAF et le SCK?CEN collaborent étroitement depuis plusieurs décennies pour démontrer la sûreté et la faisabilité d’une telle solution.

Une nouvelle expérience, PRACLAY, a été lancée en 2015 pour évaluer le comportement de l’argile à l’échauffement. Elle doit durer 10 ans. Elle a pour but de démontrer que les propriétés de l’argile pour confiner les déchets radioactifs, sont conservées même en cas d’échauffement de longue durée.

 confinement-dechet

Les différentes expériences menées dans le laboratoire HADES 

Au cours des prochaines décennies, la séparation et la transmutation des déchets radioactifs pourrait aussi être un complément potentiel au stockage géologique.

Beaucoup d’espoirs placés dans le projet MYRRHA

Dans le cadre du projet MYRRHA, les chercheurs du Centre d’Etude de l’Énergie Nucléaire de Mol (SCK.CEN) étudient les avantages et les inconvénients de la transmutation du combustible nucléaire usé. La transmutation est un terme scientifique qui désigne un procédé visant à transformer des substances radioactives de longue durée de vie en substances de courte durée de vie. Les chercheurs savent que la transmutation fonctionne déjà. Il s’agit maintenant de vérifier si la technique peut être appliquée à plus grande échelle. Et c’est là que le projet MYRRHA prend toute son importance.

Plus d'infos sur le site de Myrrha